WOODAND

Incandescence ou la Luminaire Autrement.
Janvier du 15 Janvier 2001 au 15 février 2001

La salle d’exposition du centre culturel français, rue de damas accueil jusqu’au 15 février une installation de luminaires intitulée « incandescence », signée Georges mohasseb et Kareen Andraous.
Le visiteur entre a plain-pied dans une atmosphère chaleureuse, toute en contrastes. Il se laisse imprégner, au fur et à mesure de son exploration, par les jeux de formes, de textures, de reflets et de mouvements.

L’initiative revient à Georges mohasseb, architecte formé a Washington DC qui est travail en Free lance. Pour ce projet il a fait appel a Kareen Andraous Architecte d’intérieur Diplômée de l’ALBA.

Pour ma première exposition j’ai choisi de travailler en équipe sur un sujet asse spécialisé ; le luminaire, car c’est un élément dans l’espace qui est important et que l’on a tendance à négliger. Nous avons d’abord commencé par le concept, pat trouver in fil directeur à suivre. Nous étions sur la même longueur d’onde Kareen et moi et ce qui a nous a permis de nous exprimer a travers nos œuvres. Il a ensuite fallu s’organiser pour mettre les choses en pratique, trouver des idées ensemble et les mûrir, tout coordonner… le tout en peu de temps.

L’objet devient sculpture.

Le résultat est étonnant, plein de créativité et de sensibilité, fort sur le plan visuel et tactile. Une fois ces luminaires exposées, nous avons réalisé q’ils acquièrent une autre dimension, Une autre fonction. Ils deviennent des objets sculptés, qui ne sont pas internes mais qui réagissent à leur environnement. Avec la lumière du jour, ils prennent leurs couleurs, leur ombres, leurs doubles formes générées pas le volume et ses ombres ainsi que leurs textures. Et lorsqu’il fait nuit, la lumière que nous accrochons est provoquée. La Sculpture sculpte la lumière tout comme la lumière sculpte l’objet.

Incandescence et le résultat de mouvement différents bizarre, un peu immortel et intemporel C’est la maîtrise de la lumière sans être limités.